Festival Emmaüs Lescar-Pau 2011

Affiche Festival Emmaüs

« Osez risquer l’utopie avec et pour l’homme. ». Telle est la devise de la Communauté Emmaüs Lescar-Pau, la plus grande de France avec 130 membres (compagnons, bénévoles, volontaires, salariés), qui a organisé son quatrième festival « culturel solidaire » les mercredi 27 et jeudi 28 juillet derniers.

20 000 personnes ont pu assister à une programmation riche en diversité, sous un magnifique soleil qu’on n’attendait plus !

C’est Susheela Raman qui ouvre le bal à 17h suivie par le groupe Volo (deux frangins ex-membres des Wriggles) devant un public un peu clairsemé. Chansons tantôt poétiques « T’es Belle », revendicatives « Allons enfants » ou humoristiques « C’est pas tout ça », le public adhère à ces deux voix mélodieuses et ces bons riffs de guitare, et se densifie face à la grande scène.

C’est ensuite au tour de Gaëtan Roussel qui entre en scène, devant les 9000 personnes du premier jour. Il entame son set sur « Clap Hands » , c’est énergique, et ça le sera tout le long. Il poursuit avec la plupart des titres de son album, notamment avec les tubes « Help Myself », « Dis moi encore que tu m’aimes » et « Inside/Outside » qui déchaînent la foule! Il termine par une reprise des Talking Heads « Psycho Killer ».

Les Hurlements d’Léo prennent place, les gens se massent devant la scène. Ils sont attendus, ça se voit et ça s’entend ! Ils déballent les titres de leur nouvel album « Bordel de Luxe ». Les cuivres sonnent bien, les guitares aussi. C’est carrément rock parfois. Un vrai bon moment!

Le site est plein de monde, les gens s’assoient et restent vers la grande scène pour être placés au mieux et voir les suivants sur la liste: Les Ogres de Barback. Une grande installation en métal et en objets de récupération divers est mise en place sur la scène.

 

Installation en métal des Ogres de Barback

Le public chante les paroles, ca bouscule fort, les premiers slams plus ou moins réussis se réalisent! C’est un vrai show que les Ogres proposent. Ils montent sur l’installation pour jouer et un acrobate fait un numéro de ruban dans les airs, c’est magnifique, le public est fou ! Ils terminent leur set sur une reprise de « Salut à toi » des Béruriers Noirs. Fantastique.

Pour terminer cette première soirée c’est Emir Kusturica & The No Smoking Orchestra qui entrent en scène. Tout d’abord on voit un énergumène en combinaison bleue avec des ailes de chauves souris…c’est le chanteur. Emir Kusturica arrive quelques secondes après, très classe, chapeau blanc, veste de costume blanche. Nous avons droit à des reprises à la guitare qui enflamment le public! Ils font monter une vingtaine de personnes sur scène, c’est la folie, tout le monde danse !

Ensuite Emir choisit une jeune fille dans la foule qui monte sur scène et danse telle une flamenca autour de lui et des autres musiciens. Un peu plus tard c’est deux autres jeunes filles qui montent et qui viennent tenir un archet géant sur lequel jouent le violoniste et Emir avec sa guitare (voir la vidéo ici). Génial!

La soirée se termine donc dans une ambiance de folie sur les notes rock venues tout droit des Balkans!

Le lendemain, jeudi 28 juillet, à la même heure de départ (17h) il y a nettement plus de monde que la veille. Le site est plein, il est difficile de circuler. Beaucoup de gens sont déjà massés devant la grande scène.

C’est La Phaze qui ouvre le bal. Leur son « pungle », mélange de punk et de jungle, fonctionne à merveille. Ils jouent la plupart de leurs chansons issues de leur dernier opus « Psalms and Revolution » telle « The Battle » ou encore « Secure World »; mais aussi quelques anciennes comme « R.A.S » que le public reprend en choeur.

Le ton est donné. La soirée sera bonne!

Changement radical de style, c’est la très attendue rappeuse Keny Arkana qui entre en scène. Les fans l’attendent, t-shirts « La Rabia del pueblo » enfilés. Toutes ses paroles sont reprises par le public, tout styles confondus, du « rasta » au « punk » en passant par le style rappeur! Impressionnant! Ses textes revendicatifs et militants tels « On doit redevenir Humain » ou encore « Planquez vous! » sont lâchés, poing levé, accompagné du rappeur RPZ.

 

Keny Arkana

C’est ensuite au tour du groupe Dub Inc. Leur subtil mélange d’influences reprenant des textes engagés sur des rythmes dansants comme  « Dos à dos », proposant d’excellents morceaux roots où les envolées vocales de Bouchkour donnent des frissons comme sur « Laisse le temps ». L’énergie scénique du groupe est là, le public aime !

Vient ensuite la grosse tête d’affiche de ce festival, la voix de l’Afrique: Tiken Jah Fakoly! Son reggae militant au micro, les gens sont à l’écoute, fascinés. Passant tantôt des chansons récentes à celles plus anciennes, toujours reprises par le public. Il entrecoupe ses chansons par des minis discours militants sur l’Afrique, très applaudis! Un grand homme, un grand chanteur.

 

 

Tikan Jah Fakoly

 

 

Goran Bregovic et son orchestre de mariages et enterrements entre en suite en scène. Tous en costumes traditionnels, magnifiques. Le grand compositeur de bandes originales de films nous livre un set enflammé, tout en mélange de styles: musique traditionnelle des Balkans, rock, pop, musique  religieuse, etc. avec notamment des titres comme « Kalasnikov », « Mesecina » ou encore une chanson traditionnelle d’Italie « Bella Ciao » reprise à fond par le public! Des reprises connues également comme « In the death car » d’Iggy Pop.

C’est finalement High Tone qui terminent ce festival. Ces sorciers du sample et du bidouillages electro, livrent un dub qui met le public en transe. La scène est plongée dans le noir, seuls les ecrans derrière eux passent un défilé d’images étranges, diverses et variées. Planant !

C’est Germain Sahry, fondateur de la Communauté qui clôt la soirée, discours enflammé, altermondialiste, utopiste et contestataire. Il remercie tout le monde, et redis que ce festival existe sans AUCUNE SUBVENTIONS.

Un grand bravo à tous les bénévoles, c’etait une grande réussite. L’année prochaine c’est les 30 ans de la Communauté, et le Festival se fera donc étalé sur 3 jours! A ne pas manquer !!!

 

Festival Emmaüs Lescar-Pau 2011