Comment c’est loin

la-bande-annonce-du-premier-film-dorelsan_1

Deux choses inhabituelles sur Dailyzic. Qu’on parle cinéma et que je parle de Rap.

Oui, vous le savez, la vocation de DZ n’est pas de parler de cinéma, mais de plus en plus l’univers de la musique vient rejoindre celui du cinéma et le pire c’est que souvent ça donne des films de qualité ( Quoi? Vous n’avez pas encore vu Whiplash?! Courrez l’acheter ! ). Pas l’habitude pour moi non plus de parler de rap, simplement car je ne viens pas de la culture Hip Hop. J’en écoute parfois, surtout des classiques, mais j’essaye de me mettre aux sons plus récents. Parmi ces nouveaux artistes ( comprenons nous bien, je parle des artistes de ces 10 dernières années) j’ai toujours eu une affection particulière pour Orelsan. J’aime sa façon d’écrire, son phrasé et son attitude je m’en foutiste. Attitude qu’il véhicule en apparence car en réalité ce mec est un bosseur.

Comment-c’est-loin-Gringe-Orelsan-620x414

Orelsan et son pote Gringe ont formé les Casseurs Flowters que j’avais découvert avec le titre « Fais les backs ». On les retrouve deux ans plus tard avec un film qui s’appelle Comment c’est loin et qui est réalisé par … Orelsan! N’étant pas critique de ciné je ne vous mettrai que le synopsis, pour le reste, allez le voir :)

Synopsis : Après une dizaine d’années de non-productivité, Orel et Gringe, la trentaine, galèrent à écrire leur premier album de rap. Leurs textes, truffés de blagues de mauvais goût et de références alambiquées, évoquent leur quotidien dans une ville moyenne de province. Le problème : impossible de terminer une chanson. À l’issue d’une séance houleuse avec leurs producteurs, ils sont au pied du mur : ils ont 24h pour sortir une chanson digne de ce nom. Leurs vieux démons, la peur de l’échec, la procrastination, les potes envahissants, les problèmes de couple, etc. viendront se mettre en travers de leur chemin.

Ce qui m’attire dans ce film c’est la BO. Un son signé Casseurs Flowters avec un rap de qualité, bien senti et bien écrit. Les textes sont recherchés et collent parfaitement à l’ambiance qu’on pourrait attendre d’un film comme ça.

Le morceau principal de la BO est d’ailleurs assez parlant du niveau de l’album.

Bref, Orelsan et Gringe nous prouvent qu’ils savent faire autre chose que du rap de qualité. Loin des stéréotypes de bling bling et de bagnoles qu’on ne pourra jamais s’offrir. Le rap de deux mecs bloqués sur leur canapé et qui restent tranquilles alors que le monde autour d’eux tourne à 200 à l’heure.
Je ne sais pas si le film est encore dispo dans vos salles, mais dans le pire des cas, en attendant sa sortie en DVD écoutez et re-écoutez l’album sur Deezer , spotify ou youtube.