Prougathlon 2015 : le bilan !

La nouvelle est tombée il y a peu, le Prougathlon 2016 débutera à Toulouse le 22 avril prochain lors du weekend avec NBM dont on a parlé récemment sur DailyZic !

Mais avant d’attaquer les dancefloors, il est grand temps de revenir sur les étapes du prougathlon 2015 qui n’ont pas eu le droit à leur report.

 

prougathlon bilan

 

Pour les 5 étapes les + longues (Neon, S.U.N. , O.Z.O.R.A. , Lost Theory et Psy-Fi) qui sont les seules à pouvoir être comparées, il y aura 3 rubriques :

  • Comment c’était ?
  • Pourquoi y aller ?
  • Ça m’a saoulé !

 

 

Tribal Spring 3

tribal spring 3

Cette étape là j’en avais déjà parlé !!
L’ouverture du prougathlon fut à la hauteur du challenge, une bien belle orga et une ambiance de dingue…

Le report est ici.

Précision et non des moindres, pour la 1ère, 2ème, 10ème et la dernière étape de ce prougathlon : j’avais la chance d’y mixer !
Pour Tribal Spring j’ai joué mon electro-guinguetto-proug, un set à ne pas prendre au sérieux où Gilbert Montagné côtoie les Groove Inspektorz

 

 

Pool Party

Pool Party

Pour celle là on était 2 de DailyZic à être présents !
MichOuze avait fait le déplacement dans le 79 et, + assidu que moi, il n’avait pas traîné pour faire son report !

Le report est ici.

J’avais ici encore l’occaz de prendre les commandes du dancefloor et j’ai clôturé la scène trance avec cette fois un set + classique, tartinade de proug sur 3 decks à 138 bpm, ultra péchu d’où le nom que je lui ai donné…

 

 

NEON Festival

Neon Festival

Comment c’était ?

Différent.
Par là je veux dire qu’un festival en Turquie ça n’a quand même pas la même saveur qu’un festival en Europe. L’organisation est différente.

Prenons l’exemple du choix de l’heure de la coupure son sur le main floor : de 12h à 14h.
Pour moi qui ne casse du dancefloor quasi qu’en journée c’est déroutant… Si t’as le malheur de te lever à 10h, ta matinée de dancefloor est niquée… et quand bien même tu te serais levé tôt, à midi t’es coupé dans ton élan !

La bouffe est différente, la moitié des gens que tu croises  ne sont pas français… c’est pas toujours le cas sur les dancefloors européens ! (je n’ai rien contre mes compatriotes, mais là c’était presque rassurant de ne pas entendre parler français partout autour de moi)

Bref… le NEON, c’est pas pareil… mais c’est bien aussi !!!

L’ambiance était mortelle, c’est le festival où j’ai fait le + de rencontres. Je l’explique un peu par le fait que c’est le festival où la bande de potes était la + petite favorisant donc un peu + le mélange… mais ça n’explique pas tout, y avait là-bas une alchimie toute particulière, une belle énergie sur le danceloor.

Je ne peux pas vous parler du chill, 1ère grosse étape de la saison, des fourmis plein les jambes : j’ai pas eu le loisir de chiller !

Big up à Benoit de 303.bg, prestataire Funktion One basé en Bulgarie, qui sonorisait le Neon : j’ai pas mal squatté avec lui derrière le main stage pour pouvoir taper des interviews : on s’est bien marré…

Des petites erreurs dans l’organisation mais on les pardonnera car c’était leur baptême du feu… à quand le prochain ?

 

Pourquoi y aller ?

  • La Turquie c’est d’la boulette
  • Des rencontres + éclectiques qu’ailleurs (tu savais que les Iraniens, entre autres, ne peuvent pas faire de festoches en Europe car pas de Visa pour venir ?!)
  • Le climat

 

Ça m’a saoulé !

  • La coupure à 12h
  • Pas d’alcool au bar
  • Rater mon avion à l’aller !

 

 

Solar United Native (S.U.N.)

S.U.N.

Comment c’était ?

Magique !
Par là je veux dire que c’était… magique… vraiment !

Je n’avais jamais vu un dancefloor comme ça, l’ambiance qui régnait au S.U.N. est difficilement descriptible, mettre des mots sur certains ressentis n’est pas évident… C’était hallucinant, tout le monde avait l’air d’être sur la même longueur d’ondes, le genre de moment où t’as à peine le temps de te dire que t’as soif qu’un copain arrive avec une bière fraîche !

Ce S.U.N. n’avait rien à voir avec les éditons précédentes, il était, faute de moyens financiers, beaucoup plus petit.
Seules 1000 adhésions temporaires à la communauté du S.U.N. étaient disponibles… à la fin de la semaine on avait l’impression de connaitre tout le monde… Là encore énormément de rencontres, beaucoup de français pour le coup !

La déco du main floor s’est étoffée au fur et à mesure que les jours passaient : à la bourre ou évolution du dancefloor programmée ? La question reste en suspens, si c’est la 2ème option on aura été critique pour rien tout le début de semaine…

Mon coup de coeur de l’été… un festival où tu ne fais jamais la queue, où tu as plein de place pour danser… c’était trooooop bien !!!

Certains n’étaient pas fans de ce nouveau S.U.N. car trop petit à leur goût, je ne suis pas de cet avis, c’était parfait !

 

Pourquoi y aller ?

  • La taille humaine du festival, 3000 personnes pour l’édition 2016
  • Le site, ultra vert et pas trop grand
  • Le line up (1ère fois devant Talpa, découverte de Solar Kid…)

 

Ça m’a saoulé !

  • L’ouverture : ils se sont ratés les mecs. Le groupe prévu n’a pas joué, ils ont envoyé un skeud à l’arrache pour combler au bout d’une heure d’attente… dommage l’ouverture au petit matin c’était une belle idée…
  • Me tromper de bouteille (les copains comprendront !)

 

 

O.Z.O.R.A.

O.Z.O.R.A.

Comment c’était ?

Fat.
C’était vraiment fat : la déco, le line up, le nombre de festivaliers… grosse machine O.Z.O.R.A.

Ce n’était que ma 2ème participation, la première datant de 2011. Ça n’a pas énormément changé j’ai trouvé.
Il y a bien sûr beaucoup de nouvelles structures qui ont poussé un peu partout sur le site qui est gigantesque, mais au final je trouve que c’est « juste » dans la continuité de ce que j’avais vu 4 ans auparavant.

C’est beau, c’est léché, c’est dense… la déco d’O.Z.O.R.A. nous en fout plein la tronche et la semaine est à peine assez longue pour tout voir.
Et il est long ce festival !!
Avec le before et l’after on est resté 10j sur le site : c’est clairement l’étape du prougathlon qui demanda le + d’endurance !!

Petit bémol cependant, à trop en rajouter j’ai peur qu’O.Z.O.R.A. ne devienne le Disneyland de la trance, le pavage industriel mis cette année devant les shops ne présage rien de bon…

Côté son pas de grosses surprises, chouchou aka Perfect Stranger a démonté le Pumpui, un seul carton jaune de distribué… Psysex,  désolé mais la décision de la fédé (l’International Federation of Proug) est sans appel : c’était bien trop plat !

Pour le reste c’était lourd lourd lourd !

Ah si… y’a eut une suprise : Eat Static clôtura le festival avec un live qui pouvait paraître plutôt engagé pour un closing… mais c’était du bluff : Ace Ventura était en réalité le dernier artiste à faire trembler le main stage pour le couché du soleil… bim !

 

Pourquoi y aller ?

  • En 2016 il y aura moins de monde comme chaque année où il y a le Boom
  • Pour en prendre plein les yeux
  • Pour en prendre plein les oreilles

 

Ça m’a saoulé !

  • Trop de monde
  • Un festival pas très organique (pavés industriels, toilettes en béton…)
  • Le Chill : faudrait lui donner un autre nom… les moments pour pouvoir y chiller vraiment sont rares !

 

 

Lost Theory

Lost Theory

Comment c’était ?

Lost.
On était lost, désorientés !

Désorienté car à l’instar du Neon en Turquie, ce festival croate n’a pas tout à fait les mêmes caractéristiques que les autres festivals de ce prougathlon.

La principale différence réside dans la programmation musicale je pense. C’est un peu + dark qu’ailleurs (je parle de la journée, la nuit je peux pas vous dire, c’est vraiment pas ma cam) y’a de la goa en plein aprèm, y’a pas mal de zenonesque.

Même si je n’ai pas tout apprécié (seulement 2 grosses journées sur le main alors que partout ailleurs on n’en décolle pas…) dans l’ensemble j’ai passé un bon festoch et j’ai surkiffé la Secret Chamber : la scène alternative au bord de la rivière où on pouvait y entendre de vrais trucs alternatifs, genre de la drum’n bass !

Étant donné l’éclectisme de la prog il est difficile de tout aimer et on a tendance à errer sur le site, ne sachant pas vraiment sur quel pied danser… ou plutôt sur quel stage. Ajoutez à ça d’énormes spots de couleurs qui t’en mettent plein la gueule et on y est : là nuit tout particulièrement, on est lost !

J’avais un micro lors de ce prougathlon avec lequel j’ai pris plein de son et fait des interviews. Pour le Lost therory, j’en ai fait un report sonore sur Radio Panik dans l’intérim, il reflète bien ce que j’y ai vécu !
http://www.radiopanik.org/emissions/l-interim/-e-mission-lost-theory-2015/

 

Pourquoi y aller ?

  • La taille du festival : 2500 personnes pour l’édition 2016
  • Le climat : cette année c’est en Espagne, ceux qui ont vécu les orages de l’an dernier applaudiront des 2 mains !
  • La programmation ultra éclectique pour un festival trance avec la scène dub en bonus !

 

Ça m’a saoulé !

  • La bouteille d’eau à 2€30
  • La fouille à l’entrée : obligé de planquer ses bouteilles pour aller sur le dancefloor
  • Trop dark pour moi

 

 

Psy-Fi

Psy-Fi

Comment c’était ?

Psychédélique.
Alors là, niveau psychédélisme : c’est costaud !
Un des + gros levels que j’ai vu, il y a des trucs de partout sur le site et contrairement à O.Z.O.R.A. , ici tout était éphémère.

Le Psy-Fi c’est un peu un cas à part, la populace y est ici aussi très hétérogène  : de l’Hollandais qui n’a pas vraiment l’allure d’un tranceux, tout en en ayant malgré tout la bonne humeur, au « viking »  venu tout droit du Danemark !

Le Psy-Fi c’est un peu le paradis de l’équipe de jour, le calvaire pour l’équipe de nuit. En effet le son coupait dans la nuit… sachant qu’à ce moment-là le dancefloor était déserté depuis belle lurette faute de basse… les caissons de basses étaient en effet coupés après une certaine heure… très limite, autant tout couper…

Ils avaient pourtant eu une idée de dingue : entourer la scène alternative d’une muraille de paille, impressionnant à voir et terriblement efficace, à l’extérieur de ce véritable château de paille on n’entendait presque rien !
On peut peut-être regretter qu’ils n’en aient pas profité pour envoyer jouer là-bas certains gros artistes qui ont, certes, joué sur le main… mais sans basses !

Contrairement à l’année précédente, on pouvait cette fois-ci rentrer avec nos bouteilles, gros bonus car ça nous saoulait à l’avance de devoir passer nos sacs par dessus le grillage !

Une des plus grosse tarte musicale de l’été fut prise là-bas lors du live d’Emok, il a d’ailleurs pu conserver le carton coeur de ce prougathlon ! (c’était pour être tout à fait honnête un duplicata… le 1er fut offert à Sté pour son anniversaire, pendant qu’Emok jouait, à Ozora, si vous checkez les photos sur le net vous ne pourrez pas rater notre banderole !)

Message pour Sensifeel : excuse-moi pour le lapin de début de festival !

 

Pourquoi y aller ?

  • La crème de la crème de la proug : le meilleur line up de l’été 2015  et ça va encore être le cas pour 2016
  • Le site : on a un peu l’impression de vivre dans l’eau mais passé ça c’est excellent
  • Le drone laser !

 

Ça m’a saoulé !

  • Les basses coupées
  • Me faire piquer dans la bouche par une guêpe
  • Rater le train en repartant
  • MichOuze, qui était aussi de la partie, aurait pu filer un coup de main pour le report^^

 

 

Festival Imagin’aire

Imagin'aire

Y’a débat à propos de l’Imagin’aire !
Ça a pas mal gueulé après l’événement, pas mal gens ont trouvé des trucs à redire sur l’organisation. C’est également mon cas mais je vais ici m’attacher à souligner ce qui m’a plu, car même si tout n’était pas parfait, on a passé un bon moment.

Si on a passé un bon moment c’est avant tout parce que ce festival nous a permis, pour une bonne partie des potes, de nous retrouver lors d’un gros weekend ! Fin de parcours pour certains, rattrapage pour d’autres n’ayant pas eu la chance de bouger, ce festival quoi qu’on en dise arrivait à point nommé à la fin de l’été.

De mémoire je crois qu’un carton jaune n’aurait pas été volé le premier soir sur la scène principale… une chose est sûre, le carton double coeur fut offert à Miss Tick : nous avions mis notre réveille à 5h30 pour aller la voir jouer à 6h et on a pas été déçus !!

Message pour Sensifeel : excuse-moi pour le lapin de fin de festival !

 

 

Pool Party #2

Pool Party 2

MichOuze était une nouvelle fois dans la place !
Toujours aussi studieux, il a évidemment sorti son report avant que je n’attaque les miens.

Le report est ici.

Je sais que ce qui va suivre ne plaira pas forcément (désolé Sylvain) mais l’ I.F.P. est formelle : Avrosse a bel et bien pris un carton jaune ce soir là ! (et je me suis laissé dire que le rouge lui a frôlé les moustaches…)

 

 

Wonderland 5

Wonderland 5

Euh… comment dire… le report il va être vite vu !

Pour ce weekend de clôture du prougathlon le programme était chargé : nous avions 2 dates en commun avec Skullz, la Wonderland 5 où nous jouions à 2 pour la 1ère fois et la Hybrid Seeds où nous jouions l’un après l’autre.

Dans un cas comme dans l’autre, nous étions programmés tard dans le déroulé des soirées, à 10h pour l’une et 14h pour l’autre.

Il nous semblait donc compliqué de taper l’intégralité des soirées et d’arriver à être encore frais le dimanche à 14h… on a donc pris la route le samedi matin à 5h pour aller jouer à la Wonderland, nous sommes arrivés 1h avant de jouer et reparti 1h après, je n’ai donc pas grand chose à raconter !

C’était trop bien de jouer avec Edgar, de voir certains potos que je n’avais pas vu de l’été, d’avoir l’impression de partir en tournée alors qu’on avait juste 2 dates^^

 

 

Hybrid Seeds

Hybrid Seeds

Dernière étape d’un été on ne peut plus chargé !

Ici encore, c’est compliqué de pouvoir en dire beaucoup car nous ne sommes arrivés que le dimanche dans la matinée.
Le peu que j’en ai vu c’était carré au poil de cul ! Respect pour Ethereal Decibel Company qui a montré tout son savoir dans l’organisation de soirée.

Les Grooves Inspektorz ont déchiré et j’étais trop content de les rencontrer !
Skullz fidèle à lui même a déroulé… et l’après-midi s’est terminée sur un concert : suffisamment rare pour être souligné.

Je jouais également, juste derrière Skullz et ça donnait ça :

 

 

Le bilan

 

Remerciements

Merci aux organisateurs qui m’ont permis de participer à leur événement, qui m’ont donné des accès privilégiés : le Neon Festival, le Lost Theory, Le Psy-Fi, l’Imagin’aire, I.S. Production !

Merci énormément, à fond d’cale, aux organisateurs qui m’ont confié leur dancefloor : Vercors Freestyle, I.S. Production, Illusion Sonore, Ethereal Decibel Company !!

Et merci merci merci merci, de tout mon coeur à tous les copains, la famille, avec qui on a partagé cet été de taré !!!!

 

Et maintenant ?

On prend les mêmes et on recommence ?
Oui et non… oui pour l’édition 2016, non pour les mêmes étapes !

Le tracé du prougathlon 2016 arrivera très bientôt…

 


Back to Top