Seven Hate

SH

2003 fut une année noire lorsque, les Seven Hate, groupe mythique de la scène punk rock français raccrochait après une tournée d’adieu, laissant derrière eux des milliers de petits punks en skate orphelins.

Ce message est adressé à toute cette génération qui depuis ce jour a sombré dans une décennie de débauche et d’errements…

Bon ! t’as fini d’chialé oui !!! A tous les kepons et les skateurs de France !! Une lueur d’espoir s’offre à nous! videz vos kro, ouvrez grands les yeux et listen!

SEVEN HATE IS BACKKKKK !!!!

Eh oui mon gros loulou, ne pleure pas, l’émotion ! Le groupe se reforme le temps d’une tournée qui va être très rapide ! Va chercher tes plus belles vans et ton Tshirt le plus pourri et c’est parti !!

Plus de 10 ans après, nos poitevins vont très certainement venir revendiquer leur amour du punk rock et nous montrer qu’ils n’ont rien perdu de leur énergie sur scène !

Pour les plus princesses d’entre vous, n’oubliez pas vos euros pour revenir avec un Tshirt souvenir qui sera certainement collector, cloué au mur de ta chambre ! C’est ta femme qui va être contente !!!

Désolé c’est l’émotion qui m’emporte à mon tour…

Et je m’aperçois que je manque à mon devoir de mémoire pour toute la nouvelle génération de bermuda arrivant aux mollets ! Bon mais rapide alors !

Seven Hate c’est qui ?

Groupe de punk rock originaire de Poitiers, Seven Hate était l’un des groupes majeurs de la scène punk rock nationale. Le groupe a joué  partout en France de 1992 à 2003 et a partagé la scène avec des références comme NOFX, Burning Heads, Suicidal Tendencies, Offspring, Down By Law, Good Riddance, No Fun AT All… Sacré CV quand même !!

J’avais dit que ce serait rapide! tu veux en savoir plus? ben, t’es grand mon loulou, alors tu te démerde ou tu vas voir leur page facebook !

Allez, dans mon infinie bonté, voici les prochaines dates :

datessh

Perso, tu m’y verras à Bordeaux, signe de reconnaissance, cheveux verts ou bleus, chais pas encore! Allez salut à vous et soyez nombreux à venir leur rendre hommage !

Et n’oubliez pas :     PUNKS NOT DEAD !!!!!

 

LES SEVEN HATE : UN RETOUR DU PUNK ROCK FRANÇAIS (INTERVIEW)

 

Steph, Greg, Seb et Jim ont repris le camion pour notre plus grand plaisir sur une quinzaine de dates où les fans d’hier et les petits kepons d’aujourd’hui pourront se retrouver autour de quelques pogos et slams endiablés.

Plus de 10 ans après, la bande fait ressurgir et rugir les textes issus de leurs 5 albums, des moments rares à déguster sans aucune modération.

Rencontre avec Jim et Seb à Bordeaux quelques heures avant leur concert, qui ont pris plaisir, et on répondu avec sérénité et conviction à nos questions.

Comment vous présenteriez-vous pour la nouvelle génération qui ne vous a jamais vu sur scène ?

On ne veut pas mettre d’étiquettes et ranger Seven Hate dans une catégorie, Hard Core mélodique, Skatecore ou d’autres, même si on fait partie de la grande mouvance Punk Rock. Notre musique a changé au fur et à mesure et nos cinq albums sont tous différents avec une base de Punk Rock. Notre musique a un gros noyau des « Thugs » par lesquels nous avons été marqués tous les quatre.

Quelle a été votre motivation pour reprendre les armes plus de 10 ans après votre dernier concert ?

Cela faisait plusieurs années que l’on se croisait sans jamais se voir tous les quatre et un jour grâce à un apéro organisé par un ami, on s’est retrouvé tous les cinq avec Didier, le réalisateur. On avait tous la même envie et on a commencé à répéter. On s’est dit on en fait un, puis trois, puis quinze !

Quel est votre souvenir le plus intense parmi tous les concerts que vous avez faits ?

On a partagé tellement de moment où on s’est trop marré, que c’est impossible à dire ! La dernière tournée a été très joyeuse et émouvante, ce soir là (dernier concert 2003 à Poitiers) c’était dur et douloureux pour tout le monde.

Peux t’on espérer que ce retour puisse perdurer et pourquoi pas un nouvel album ?

Se remettre à faire 100% comme on faisait avant, on a du mal à le croire, enfin pas en ce moment. Ce n’est pas possible de se réinvestir, quitter le boulot et refaire de la musique, ça va être compliqué et puis on a tous des enfants. Après faut voir, on a un pote qui a un studio et qui n’arrête pas de nous prendre la tête pour enregistrer un truc ! On a déjà quinze jours à faire ensemble dans le camion et se retrouver, on ne sait pas, on fait la tournée et on voit.

Quel est votre Dailyzic en ce moment ?

JIM : Les derniers disques que j’ai acheté : Robot Orchestra, Ned de Lyon et Frustration, une espèce de Rock un peu tendu !

SEB : J’écoute plein de choses, Toundra un groupe de Madrid, Stoners, Cheetah, Off, Dr Living Dead, Radiohead, le dernier Pennywise, Cobra un groupe de Nice qui me fait penser à Trust, les Rikikikiki de Bordeaux…

Pouvez vous nous dire quelques mots pour Dailyzic et ses lecteurs ?

Il faut que les gens ne se limitent pas à ce qu’ils voient et écoutent sur internet, gardent de la curiosité et continuent à se déplacer pour voir les concerts.

 

Merci à Seven Hate de nous avoir accordé cette interview, le concert à Bordeaux fut un grand moment d’émotion et nous a confirmé qu’en dix ans, rien n’avait changé…